Ah le bonheur d’avoir des vivaces dans son jardin… Faciles à vivre, riches d’une palette infinie de couleurs, de textures, de parfums, elles peuvent orner le jardin tout au long de l’année tant il en existe de variétés. Pourtant qui dit faciles de vivre ne dit pas pour autant qu’il ne faut rien faire. Car de la plantation à la multiplication, les vivaces demandent quelques soins. Et un peu d’attention. Mais elles vous le rendront au centuple.

La plantation des vivaces : comment faire ?

En matière de plantation des vivaces, il y a quelques règles à respecter. Rassurez-vous, elles s’avèrent simples à mettre en œuvre !
D’abord le lieu de plantation : il est indispensable, lorsque vous choisissez vos vivaces, de tenir compte de leur préférence en termes d’ensoleillement et de nature du sol. Inutile de planter une acanthe dans un sol mal drainé ou une ajuga sous le soleil méditerranéen, elles souffriront.
Ensuite la période de plantation : si les vivaces peuvent se planter à toute période de l’année (évitez tout de même les périodes de grand gel !), il est toutefois préférable de choisir l’automne : la terre sera encore chaude et l’humidité déjà présente. Tout pour réussir l’enracinement qui se fera en hiver. On peut aussi planter en fin d’hiver, de février à avril.
Enfin, il faut préparer le terrain pour accueillir ces demoiselles dans de bonnes conditions. On débarrasse déjà le sol des cailloux et autres mauvaises herbes et on bine pour ameublir la terre. On peut également apporter un peu de fumure ou de compost. On fait également un plan sur papier pour composer son massif en variant les tailles, les couleurs, en pensant à la saisonnalité et à surtout l’étalement des vivaces (en général indiqué sur les étiquettes). Elles grandissent vite et ont souvent besoin d’un peu de place !
Dernière étape : la plantation en elle-même. Qu’elles soient présentées en conteneurs ou en godets, les vivaces doivent trempées dans un seau d’eau avant d’être mises en terre. Lorsque plus aucune bulle n’apparaît, vous pouvez y aller. Pendant le trempage, creusez des trous deux fois plus larges que la vivace, mettez en place votre plante, bien évidemment libérée de son contenant, et comblez le vide avec la terre que l’on tasse. Puis arrosez abondamment.

L’entretien des vivaces : réduit au minimum

Eh oui, on vous l’a déjà dit, les vivaces sont faciles à vivre. Leur entretien en sera donc réduit au minimum. Des arrosages seront réguliers et modestes. Les vivaces n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau donc l’arrosage ne doit pas être assimilé aux grandes eaux de Versailles ! D’autant qu’elles sont capables de s’enraciner profondément pour combler leurs besoins.
Il faut en revanche soigner le désherbage afin d’éviter l’étouffement des vivaces par les mauvaises herbes. La solution pour éviter les longues et fastidieuses séances de désherbage réside dans le paillage. Paillez donc pour limiter la croissance des adventices mais aussi l’arrosage.
Un peu de fumure en hiver. Et c’est tout pour l’entretien !

La taille des vivaces : importante pour la survie de la plante

Si vous voulez que vos vivaces refleurissent chaque année, il faut les tailler. D’abord, on taille ou plutôt on supprime les fleurs fanées au fur et à mesure de la floraison. Au-delà de l’aspect esthétique, cette coupe permet de régénérer la plante qui offrira une nouvelle floraison. On peut toutefois garder quelques fleurs pour récolter des graines.
Sinon, une taille sera nécessaire pour la bonne santé de la plante. Et en la matière, il y a deux écoles : soit on taille les vivaces à l’automne pour éliminer les tiges sèches et limiter l’apparition de maladies, soit on taille au tout début du printemps pour nettoyer la plante.
Enfin, on peut aussi tailler pour limiter la croissance des vivaces un peu envahissantes telles que les vergerettes ou les pourpiers vivaces.

La multiplication des vivaces : diviser pour mieux régner

Là encore la multiplication des vivaces est indispensable à leur survie. En grandissant, une vivace devient gourmande et le sol n’est pas suffisamment riche. On lui donne une bouffée d’air et une nouvelle jeunesse. Et surtout on fait des économies pour orner son jardin.
La technique la plus simple pour multiplier une vivace est la division à pratiquer après la floraison. Et il suffit, à l’aide d’une bêche à bec, de trancher au milieu de la touffe. Rebouchez le trou puis plantez votre nouvelle touffe là où vous l’avez choisi.

Pour des vivaces d’année en année plus florifères, plus denses et plus solides, un entretien est donc nécessaire. Mais il s’avère minimal au regard de ce que vous offriront vos vivaces.